Art et Technique

Ma technique en talons hauts consiste notamment à ne jamais poser le pied à partir du talon. Il y a une raison bien précise à cela. En effet, si c’est le talon qui touche d’abord le sol, le genou va naturellement fléchir, nous rendant incapables de faire porter notre poids sur le thénar du pied.

 

Pour supporter la charge que représente le corps, c’est la partie extérieur qui est mise à contribution dans ce cas. Or que le poids corporel se porte ainsi sur l’extérieur du pied fait que c’est aussi la partie extérieure de la jambe qui doit le supporter.  De cette manière, seule la musculature périphérique de la jambe se développe et aboutit à des jambes arquées.

 

Parallèlement, puisque le dos se cambre aussi, il faut s’attendre à des hanches douloureuses. Si l’on entre en contact avec le sol le genou tendu et depuis le talon, ce dernier va former un angle encore plus aigu avec la surface. Voici une des raisons pourquoi les talons de nos chaussures se brisent, et cette position accentuant par ailleurs encore davantage le dos cambré, les douleurs aux hanches ne peuvent que s’aggraver.

 

Par conséquent, avec des chaussures à talons, on évitera absolument de poser le pied à partir du talon. Lorsqu’on marche sur les pavés de Paris, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’un talon se casse si c’est avec lui qu’on pose en premier le pied . Mais même en prenant soin de poser d’abord la pointe du soulier, avec délicatesse, il reste inévitable de devoir changer fréquemment les embouts des talons.

 

Le signe qu’il est temps de changer d’embout  nous est donné par une sensation d’inconfort pendant la marche, mais également simplement par le son métallique que nous faisons en posant le pied. Le son de nos chaussures appelle donc notre attention, et vu la nature de mon métier, je ne peux m’empêcher aussi de remarquer les femmes qui marchent bruyamment sans se rendre compte de rien.

 

Quand j’entends ce bruit qui ôte toute élégance à la démarche, mon esprit s’agite et il ne reste qu’une impression désagréable. Au moment de poser le pied au sol, la pointe du pied doit être abaissée jusqu’à l’ultime limite et les muscles seront bien tendu  jusqu’à la naissance de la cuisse. Ne touchez pas le sol sans avoir préparé votre jambe de cette façon.

 

Vous devez alors avoir à l’esprit les muscles au-dessus de votre genou, et si vous prenez garde à doucement aller à la rencontre du sol, vous ne devriez pas produire de bruit. Lors de mes leçons, je donne en guise d’image celle de l’atterrissage d’un avion : il y a une grand différence à ce moment entre un pilote doué et un autre qui le serait moins.

 

On ne ressent presque pas le moment où l’avion touche le sol avec un pilote doué, alors qu’avec un autre, on sent des vibrations nous parcourir, qui laissent un sentiment désagréable même si au final l’avion a été posé sans danger. Pour réaliser un bel atterrissage, il faut y mettre de l' »esprit », et savoir en même temps exprimer cet « esprit » grâce à une technique.

 

L’acquisition d’une telle technique est une question d’exercice. Et s’il devait manquer quelque chose, tout comme pour un pilote, impossible d’atterrir en beauté. Toutefois, nous n’avons pas le temps de nous reposer une fois le pied posé, car il faut simultanément décoller le pied à l’arrière et faire en sorte que le genou de cette jambe vienne toucher celui de la jambe au sol.

 

Une femme qui voit son élégance faire signe de s’éloigner ne serait-ce qu’une petite seconde doit rapidement tout faire pour récupérer cet instant. Un des gestes qui enlaidissent l’allure de la démarche ou la posture d’une femme est celui d’écarter même très légèrement les deux genoux.

 

Pour vous en rendre compte, il serait plus efficace, plutôt que de lire ces lignes, de vous filmer telle que vous êtes afin de juger objectivement de votre apparence. Moi aussi, je pense que mon apparence se décompose complètement si je ne prends pas garde à cet élément.

 

Ne pas savoir clairement ce que l’on fait quand on marche conduit à différents moment à écarter les genoux, notamment quand on soulève le pied à l’arrière ainsi que j’y ai fait référence plus haut.

 

Il est important de coller rapidement la jambe qui vient de quitter le sol à celle qui est en appuie car si l’on se contente, en quelque sorte, de juste attendre le passage d’une jambe devant l’autre, un espace s’ouvre entre elles, et plus celui-ci durera, plus l’élégance de la démarche en sera affectée, peu importe les magnifiques vêtements ou bijoux dont on se serait parée.

 

Mais qui meut donc votre corps ?

 

Personne d’autre que vous bien sûr.

 

Trop nombreuses sont les personnes à ne pas suffisamment recourir à leur tête quand elles utilisent leur corps. Mais pensez-vous vraiment que dans une telle situation on peut parler d’élégance au sens fort ? Une femme accompagnée d’une véritable aura utilise sa tête bien plus que vous ne l’imaginez, et la même chose peut être dite pour celle qui marche avec grâce.

 

Vous ne connaissez peut-être pas ce monde, mais celles qui peuvent en sonder la profondeur dégagent une incroyable prestance et son les interprètes de sa beauté.

 

J’ai la certitude qu’à notre époque, l’art, la beauté et l’amour, de même qu’un style de vie dans lequel chaque moment est pleinement vécu, sont nécessaires.