Tout en vue des meilleures performances

Depuis le week-end dernier, il m’a semblé courir quotidiennement un marathon cette semaine. J’ai enfin donné des leçons de haute-couture à une cliente venue spécialement du Japon, mais même si elles s’avèrent éprouvantes, ces leçons sont pour moi vraiment spéciales.


Ma vitalité se consume très différemment entre une journée passée sans pause à donner des cours de Prêt-à-porter sur Skype comme une exigeante leçon de haute-couture.


Cette vitalité se traduit ici par l’émission sans reserne de mon énergie et une concentration totale durant la leçon.
Mais comme je pense que mes clientes se dépensent encore plus que moi, je suis toujours admirative quand je les vois s’exercer.


La motivation qui anime les clientes les conduit à découvrir un nouveau sentiment de confiance en soi, débordant de l’intérieur et comme elles en avaient jamais eu jusque-là. Cela se produit quand elles parviennent à visiblement modifier leur corps, plus particulièrement à établir son axe, après des jours et des jours d’efforts soutenus.


Nombre de mes clientes disent que lorsque leur corps donne soudain l’impression s’unir, alors qu’il semblait auparavant être un amas de parties éparses, elles découvre un nouveau trésor. C’est à ce moment qu’elles peuvent éprouver comment l’esprit et le corps se rejoignent dans cette unité.


Durant les leçons de Haute-couture, constater que la ligne de ses jambes se modifie effectivement est un véritable baume qui motive encore davantage à parfaire son élégance et à faire des progrès. Mes clientes ont alors naturellement envie d’élargir les nouvelles possibilités qui s’ouvrent devant elles.


« Je suis plus belle que ce que je n’osais imaginer. »


C’est un tel sentiment que les leçons de Haute-couture veulent vous faire éprouver. Il est vrai que mes leçons de Haute-couture ne sont pas les plus abordables, en particulier le tarif des leçons en japonais. Je justifie cette différence par le fait que le japonais étant ma langue maternelle, je peux directement et minutieusement transmettre les subtilités de l’enseignement.


Malgré cela, je suis reconnaissante à certaines clientes de m’avoir dit que je pourrais en réalité envisager d’augmenter le prix de ces cours. Je ne prévois pas pour le moment de le faire, mais me demande néanmoins à chaque fois si je ne pouvais pas fixer le prix à 1000 euros pour les cours donnés dans ma langue maternelle, tout en donnant à ces cours une valeur qui soit à la hauteur de leur prix.


Depuis que j’ai commencé à enseigner la technique des talons hauts, je n’ai jamais pensé à simplement fournir à mes clientes une prestation équivalant à ce qu’elles paient : j’ai au contraire constamment en tête de produire un contenu qui dépasse de 25% le prix de leurs leçons.


Je pourrais éventuellement viser davantage, 50%, mais ce serait à mon avis exagéré et finalement contre-productif. Mon principe reste donc de fournir un petit plus par rapport à ce que je demande. Lorsque s’enchaînent les leçons de Haute-couture, la fatigue est certes prévisible mais dépasse toutefois ce que l’on imagine.


Heureusement, j’ai alors quelques remèdes contre l’épuisement tirés de mon expérience, mais durant cette période je me sens moins être une femme d’affaires qu’une artiste. Vu le caractère particulier d’une leçon de Haute-couture pour laquelle je veux pouvoir donner le meilleur de ce que j’ai à offrir, j’essaie le jour d’avant de reposer mon corps au maximum, c’est-à-dire qu’il faut que je me repose moi-même.


Une telle attitude n’est peut-être pas celle d’une femme d’affaires, mais je mets alors tout de côté pour m’efforcer d’être dans la meilleure disposition possible lors de la leçon Haute-couture. Cela a toujours été le cas jusqu’ici et le restera.


Une leçon de Haute-couture en japonais s’étale sur trois heures, mais en réalité elle débute pour moi déjà plus tôt, dans mon temps privé. C’est parce que j’adore mon travail que j’arrive à m’y consacrer entièrement. Mon objectif dans ce cours, c’est, simplement, de répondre fidèlement aux attentes de mes clientes qui investissent tout dans cet entraînement.


Chez les femmes comme chez les hommes, l’expression qui évoque celle d’un artisan est la plus belle, la plus sexy.


Car l’attention portée à autrui dans le travail artisanal se transforme en une énergie, nous laissant deviner une grande force à l’œuvre, invisible, mais proprement captivante.

Laisser un commentaire